Elle se fait prendre violemment sa chatte poilue par le livreur de pizza

Une jeune femme brune commande la livraison à domicile de deux pizzas. Le livreur se transformera en violeur. Fistée, baisée et enculée, la cliente à la chatte hyper poilue va subir les assauts de son agresseur. Seule une abondante éjaculation faciale mettra enfin un terme à son calvaire.


Seule dans son salon, une jeune femme mince aux longs cheveux passe commande de deux pizzas pour le dîner. Elle ignore que ce banal coup de fil marque le début de ses ennuis. En effet, le livreur ne va pas arriver qu’avec deux pizzas, mais aussi avec une furieuse envie de baiser. La jeune cliente va en faire la douloureuse expérience. Elle est seule et trop frêle pour résister. Il a vite fait de la mettre à poil et de lui fourrer sa grosse bite en érection dans la bouche. Il faut dire que la jeune femme est hyper bandante. Elle n’a pas que la chevelure d’abondante, mais aussi une chatte très poilue qui lui couvre généreusement le bas-ventre, se répand sur les aines et se prolonge entre les fesses. Le mec en devient raide dingue de désir. Pendant qu’il se fait sucer, il lui masse énergiquement la moule, lui glisse deux, trois doigts, puis finalement la main entière dans le vagin. Elle a beau gueuler, rien n’arrête sa lubricité. À grand renfort de claques sur les fesses, il la force à se mettre à quatre pattes sur le canapé, le cul en l’air, la croupe ouverte, la chatte et l’anus à disposition de sa grosse queue. Il se branle longuement au-dessus du fessier offert et quand il n’en peut plus de désir, il la prend en levrette. Le spectacle de sa bite engloutie dans la forêt de poils est fascinant. La belle velue n’a que sa bouche pour protester et ses yeux pour pleurer. Les couilles du baiseur viennent s’écraser en cadence sur la touffe hors normes. Il ne se contente pas de la baiser, il lui faut aussi l’enculer avec la même sauvagerie. Les cris et les supplications de la fille n’y changent rien. Finalement, ce n’est qu’en se faisant asperger le visage de foutre qu’elle connaîtra le repos. Espérons que les pizzas étaient encore chaudes !