La femme doit payer en nature les dettes de son mari

Un homme doit de l’argent à un « ami » mais n’a pas le moindre fric pour rembourser, même en partie, la dette que son créancier est venu lui réclamer. Pour repousser l’échéance, il va offrir sa femme au visiteur. D’abord très réticente, l’épouse va se laisser convaincre et se livrer à une séance de triolisme très hard.


Lorsqu’il reçoit la désagréable visite d’un « ami » venu lui demander de rembourser sur le champ ses dettes, le mari est dans l’embarras. Il a des difficultés d’argent et pas un sou en poche. Qu’à cela ne tienne, il y a toujours moyen de s’arranger ! Par exemple, en offrant sa femme en gage, histoire de repousser l’échéance du remboursement. Et si l’épouse n’est pas d’accord, la simple menace de représailles musclées à domicile suffira à la faire plier. La femme prend donc docilement place entre les deux hommes sur le canapé du salon familial. Sa petite robe bleue très moulante ne résiste pas longtemps aux caresses pressantes des deux mâles. En un rien de temps, la voilà quasiment à poil, les seins à l’air et la petite culotte aux chevilles. Sans perdre de temps, elle taille une pipe au créancier doté d’une longue bite épaisse et d’une grosse paire de couilles rasées. La femme a la peau pâle agrémentée d’une belle petite touffe poilue au bas-ventre. Pendant qu’elle les suce en alternance, ils lui tripotent la chatte, de plus en plus mouillée et ouverte. Les mains des mâles lui fouillent le vagin et l’anus, s’y enfoncent inexorablement. Tant et si bien que leurs jeux de doigts s’achèvent en apothéose par un double fist qui lui arrache des couinements aigus de plaisir. La séance à trois se poursuit par une chevauchée sauvage en levrette où elle se fait pilonner la chatte par le visiteur tout en se branlant énergiquement le clito. À défaut d’être réglée en grosses coupures, la douleur de la dette est un peu atténuée par l’abondance de foutre et de mouillure !