Il baise la chatte poilue de la femme de ménage

Venue pour faire le ménage quotidien, Maria se retrouve malgré elle dans l’obligation de tailler une pipe au maître de maison, M. Mastro. le patron ne va pas se contenter de se faire sucer, il va aussi la baiser et l’enculer dans toutes les positions.


Maria est femme de ménage chez les Mastro. Ce matin-là, quand elle arrive au travail, la cuisine est en désordre et un amoncellement de vaisselle sale encombre l’évier. Maria, une brunette énergique en courte jupe noire et chemisier blanc, se met à l’ouvrage. Elle vient à peine de commencer qu’elle est appelée par son patron qui lui ordonne de venir la rejoindre au salon. Ce qu’elle découvre a de quoi la surprendre : nu sur le canapé, M. Mastro est en train de se branler ! Il demande à Maria de le sucer. Elle lui objecte que c’est un service très risqué : si Madame Mastro rentrait et les surprenait, elle pourrait perdre son job ! Mais le patron insiste et finit par la convaincre d’accepter. On a coutume de dire que l’appétit vient en mangeant, pour Maria, c’est plutôt ne suçant ! Elle se retrouve bientôt quasiment nue – elle n’a gardé que ses bas résille – aux côtés de son patron qui apprécie le service rendu et se permet maintenant de la tutoyer. Quand il découvre la chatte poilue de sa femme de ménage, il n’a plus qu’une idée en tête : la baiser ! À quatre pattes sur le canapé, les seins pendants et ballotants, Maria se laisse saillir comme une chienne. Le patron savoure ces instants et en profite pour lui faire du chantage : si elle veut garder son boulot, il faudra qu’elle accepte de baiser avec lui deux fois par semaine, le mardi et le jeudi. Voici la pauvre Maria coincée entre deux menaces : d’un côté, un patron lubrique, de l’autre une patronne jalouse ! Mais pour l’instant, cela ne gâche pas son plaisir de baiser. Son patron la prend dans toutes les positions, par devant et par derrière, elle dessus ou dessous… Maria est très mouillée et quand M Mastro l’encule, elle ne peut retenir un cri du coeur : « Oh, que c’est bon d’avoir mal ! ». On peut dire qu’en un seul jour, Maria la femme de ménage est devenue femme de chambre…