Il surprend sa femme avec une femme

Deux jeunes femmes se donnent du bon temps sur un grand canapé blanc. Pour pimenter leurs ébats, elles utilisent un gode-ceinture. Arrivé à l’improviste, le mari de la baisée se joint à elles et leur enseigne les bons gestes pour se servir de leur sex-toy comme d’une vraie bite. Deux bites, deus chattes, trois bouches, toutes les combinaisons sont permises…


Sur le vaste canapé blanc du salon, deux femmes quasiment nues se gouinent avec passion. La maîtresse de maison a la peau très blanche, de petits seins menus et une chatte rasée, style ticket de métro. Sa lécheuse est une belle beurette à la peau mate, aux longs cheveux noirs et à la chatte très touffue. Elle a des seins splendides, aux tétons fermes et appétissants comme des framboises bien mûres. Pour mieux honorer sa compagne de jeu, elle a enfilé un gode-ceinture qu’elle lui a donné à sucer avent de se mettre en position entre les cuisses ouvertes de son amie pour la baiser. Leurs gestes sont maladroits et l’accouplement laborieux. L’arrivée impromptue du mari de la maîtresse de maison va ouvrir de nouveaux horizons. Il propose aux deux femmes de se joindre à leurs ébats. Elles acceptent avec enthousiasme. Il commence par expliquer à la beurette baiseuse le bon usage du gode-ceinture afin de donner l’illusion d’une vraie bite. Il lui enseigne les mouvements du bassin et le bon rythme de va-et-vient du gode dans la chatte. Sa femme apprécie, surtout en levrette. Excité par le spectacle, le mari se préoccupe surtout du plaisir de son épouse en entreprend de la baiser en bonne et due forme. Un peu abandonnée, la belle beurette se retrouve seule en compagnie du gode-ceinture. Pendant que les deux autres s’activent à ses côtés, elle caresse sa chatte très poilue, branle son clitoris et se gode avec volupté. la fille est tellement sexy qu’on en oublie les autres. Son corps lascif, sa touffe épaisse et généreuse attirent irrésistiblement le regard. On ne rêve plus que de se coucher à ses côtés, de caresser sa merveilleuse chatte, d’embrasser ses lèvres humides et de jouir en elle…