Une pute à nègre avec une chatte poilue

Une jeune femme brune passe un entretien d’embauche pour un film X. Le black chargé du recrutement teste sans attendre ses compétences. La candidate se montrera-t-elle à la hauteur ?


Tout se passe dans un bureau exigu, simplement meublé d’une table et de deux chaises. Il y a là une jeune femme brune, souriante et détendue, qui répond sans complexe aux questions d’un black en costard. On comprend bientôt qu’il s’agit d’un entretien d’embauche un peu particulier. En effet, le black qui mène l’entretien et prend scrupuleusement des notes sur un calepin est chargé de recruter de nouvelles actrices pour un film porno. La jeune femme lui raconte ses expériences sexuelles. Après la théorie, la pratique ! Quand le recruteur noir demande à juger sur pièces pour tester la postulante, elle ne se fait pas prier pour se déshabiller. En deux temps trois mouvements, elle se retrouve debout face à son examinateur en soutien-gorge, petite culotte assortie et bas blancs. Si la poitrine est modeste, la motte est si touffue que des poils sombres débordent sur les côtés de la petite culotte. Le black glisse un doigt curieux sous le tissu, écarte la culotte… La fente est splendide, charnue, bordée de lèvres épaisses. La fille debout, les jambes un peu écartées, se laisse volontiers masser l’abricot et branler le clito. Avant de mesurer ses compétences avec une bite, le black lui bouffe la chatte. Puis vient le test de la fellation : malgré la taille respectable de la bite noire, la fille s’en sort plutôt bien. C’est une suceuse efficace, aux lèvres pulpeuses et douces. On enchaîne avec les meilleurs moments du casting. Renversée sur la table, la blanche poilue se fait d’abord baiser en profondeur. Les dimensions généreuses de la queue du black lui arrachent des soupirs et de petits cris de plaisir. Il ne faut pas rater la longue séquence de sodomie : gros plans sur la bite dilatant et pénétrant l’anus bien lubrifié, souplesse élastique de la bague anale qui palpe et suce la queue noire à la manière d’une petite bouche, et surtout regard éperdu de bonheur de l’enculée ravagée par la jouissance qui agit sur elle comme une drogue…