La vieille fille poilue se fait enculer pour la caméra

Venue par curiosité à un entretien pour un casting X, Aurélie, provinciale quadragénaire, se retrouve à poil sur un canapé en train de baiser avec un inconnu. Pour cette vieille fille de province, c’est inattendu et très excitant. Naturelle et spontanée, la bourgeoise discrète nous livre le meilleur d’elle-même.


Assise bien droite au bord du canapé, les jambes croisées, une cigarette à la main, Aurélie n’en mène pas large. Sa robe chinée et son imperméable d’un gris sombre lui donnent une apparence austère, impression renforcée par le petit crucifix en argent pendu à la chaînette de son collier. Son visage aussi paraît sévère : cheveux noirs coupés courts, traits creusés… Ou encore son embarras à répondre aux questions indiscrètes. Pourtant, elle porte des bas résille noirs qui font fantasmer. Elle se prénomme Aurélie, la quarantaine bien tassée, elle arrive tout droit des contreforts du Jura. Ce sera son premier tournage, improvisé. Tout va se passer sur le canapé où elle a si maladroitement répondu aux questions intimes. Dès qu’elle est débarrassée de son imperméable et de sa robe triste, qu’un homme inconnu pose des mains caressantes sur sa peau nue, son corps maigre et ses petites seins menus, qu’il aventure ses doigts sur sa chatte poilue, alors Aurélie devient une autre femme, une vraie salope. Pour se donner de l’audace, elle ferme les yeux. Ainsi, elle oublie l’objectif impudique de la caméra et concentre toute son attention sur les émotions de son corps livré aux caresses du mâle. Elle savoure les délicieuses sensations procurées par la bouche qui embrasse sa vulve, par la langue qui fouille son vagin et titille son clitoris, par la grosse bite qui s’enfonce dans son vagin… Prise en levrette ou chevauchant son partenaire, elle garde les yeux clos. Alors son corps s’exprime librement : elle remue du cul, ondule du bassin, mouille en abondance et gémit de plaisir. Son ventre est tellement gras et ouvert que la bite majestueuse pénètre son con ou son cul avec la même aisance. Aurélie jouit par les deux trous et ses orgasmes, ce n’est pas du cinéma !